Conclusion

 

A l’heure actuelle, il est très dur de ce faire une idée sur l’existance ou non de réels dangers pour notre organisme. Aucune preuve, d’un côté ou de l’autre n’efface les doutes.  Dans les esprit, on rapproche parfois diverses maladies aux ondes, qui perturbent les champs qui nous entourent, et qui font de plus en plus parler d’elles, notre corps pouvant ne pas y être totalement indifférent. Les études se contredisent plus qu’elles n’apportent de réelles preuves, et il appartient a chacun de se fonder sa propre opinion sur le sujet.

Cela dit, dans le doute, certaines mesures peuvent atténuer les risques, et nous permettent de nous sentir plus sereins. Des mesures qui demandent parfois des légers sacrifices, mais véritablement utiles voir nécessaires lorsque l’on connait les potentiels risques qui pourraient survenir.

Lorsque rien n’est sur, mieux vaut rester sur ses gardes!

 

>> Lexique <<

>> Bibliographie <<

 

  • BELLANGER Arnaud
  • BERTET Maxime
  • KAMINSKI Charlène
  • LE FLOC’H Nicolas

Lycée de La Herdrie, 1ère 4S

 



III. Comment se protéger?



bibliographie

voici les différents liens et documents qui nous ont servi tout au long de nos recherches sur ce projet :

 

Sites internets :

qu’est ce qu’une onde :

http://www.e-scio.net/ondes/

modélisations d’une ondes électromagnétique :

http://www.univ-lemans.fr/enseignements/physique/02/electri/oem1.html

 http://www.walter-fendt.de/ph14f/emwave_f.htm

http://webphysics.davidson.edu/Applets/Poisson/Faraday.html

Le risque dû aux ondes électromagnétiques utilisées par le portable :

http://www.robindestoits.org/-telephone-portable-et-risque-de-cancer-c-est-officiel-the-sun-16-10-2008-_a569.html

http://didaclick.free.fr/ondes.htm

le danger des ondes, comment s’en protéger :

http://fantastiquephoenix.free.fr/portable.htm

http://www.medecines-douces.com/impatient/256mai99/portabl3.htm

modélisation d’un conducteur creux :

http://www.webphysique.fr/Conducteurs-creux.html

DAS

http://www.guerir.fr/magazine/telephones-portables/liste-des-das-des-principaux-telephones-portables

entretiens téléphoniques :

Recherches sur les dangers des ondes

OMS champs électromagnétiques 02.40.48.62.75

E.U.H 02.51.70.23.95

Cancérologue à Catherine de sienne 02.28.27.21.46

Magazines, journaux :

le consommateur d’Alsaces (n°179)

journal ouest France (23 janvier 2009)

 

 >> retour <<

 

 

 

 

 



lexique

I qu’est ce qu’une onde?

oscilloscope : c’est un instrument de mesure destiné à visualiser un signal électrique, le plus souvent variable au cours du temps. Il est utilisé par beaucoup afin de visualiser des tensions électriques.

période : Intervalle de temps constant après lequel, dans l’évolution d’un phénomène dit périodique, une grandeur reprend de nouveau la même valeur .
lexique dans o lexique o puce4 Évolution du phénomène pendant cet intervalle.
puce4 dans o lexique o Inverse de la fréquence d’un phénomène périodique.
fréquence en physique cela désigne le nombre de fois qu’un phénomène périodique se reproduit par unité de temps. la fréquence momentanée ou temporelle f est l’inverse de la période T soit :        f = 1/T. si l’unité de temps choisit est la seconde, la fréquence est mesurée en hertz ( Hz)

II dangers ou risques? les ondes ont-elles un effet néfaste?

cancer : résultat d’une multiplication anormale et incontrôlée de certaines cellules formant une tumeur qui se développe en se vascularisant.

DAS : débit d’absorption spécifique c’est à dire le rayonnement électromagnétique de l’appareil. Plus il est élevé, plus il pénètre dans l’organisme.

III Comment s’en protéger ?

cage de Faradayc’ est une enceinte utilisée pour protéger des nuisaces électriques et électromagétiques (on peut alors parler de blindage électromagnétique) extérieures ou, inversement, empêcher un appareillage de polluer son environnement. Une cage de Faraday est souvent utilisée lorsque l’on désire effectuer des mesures précises en électronique et électricité L’enceinte métallique doit en principe être fermée de chaque côté ou faite avec du grillage : plus la fréquence est élevée plus le maillage doit être fin.

 

 >> >> retour << << 

 



II.3. Les chiffres

Comparatif des fréquences, puissances, taux d’absorbsion et champ électrique des ondes des téléphones portables avec celles de antenne relais et des fours à micro-ondes.

(données officielles trouvées sur les sites de référencement)

 

  portable Antenne relais Four à micro micro-onde
fréquence 0.9 à 1.9 GHtz De 0.3 a 3 GHtz 2,45 GHtz
Puissance DAS (taux d’absorbsion) 1 à 2 W 0.12 à 0.2 W/kg 400 W /
100 à 800 W /
Champ électrique 41 à 61 V/m 20V/m Très élevé par rapport au portable

 

 >> Les normes:

En ce qui est de la réglementation de la fréquence des ondes en France, L’exposition aux micro-ondes doit toujours être inférieure à 41 V/m pour la téléphonie mobile à 900 MHz, 58 V/m pour la téléphonie mobile à 1800 MHz et 61 V/m pour la téléphonie mobile UMTS, a savoir que ce dernier a une fréquence de 21 GHtz.

En ce qui est de la puissance, la réglementation la limite à 2W.

 

La puissance et le DAS ne sont pas des arguments de vente pour les opérateurs. Nous avons visité deux sites d’opérateurs : orange et Bouygues télécom et aucun d’eux ne parlait de normes de DAS. La valeur du DAS est notée pour tous les téléphones portables, mais aucune explication ni information n’est apportée.

 

De plus, depuis plusieurs années, les opérateurs téléphoniques s’efforcent de faire monter la fréquence et la puissance des ondes émises par leurs portables, les rapprochant de plus en plus des valeurs maximales.

 

 >> >> retour << << 



III.2. Les comportements à adopter

 

« l’absence de certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment, ne doit pas retarder l’adoption de mesures effectives et proportionnées visant à prévenir un risque de dommages graves et irréversibles à l’environnement à un coût économiquement acceptable »

Voila ce que dit la loi française sur le « principe de précaution ».

 

En d’autres termes,  tout devrait être considéré comme potentiellement dangereux tant que le contraire n’a pas été prouvé. Tout produit pour lequel il persiste des doutes devrait être interdit à la commercialisation.

 

Mais, étonnamment, ce principe a totalement été mis de côté pour les téléphones portables!

 

Pourquoi? Parce que le téléphone est trop utile à la population, vu le panel de services qu’il propose, et surtout parce qu’il présente une énorme source de revenus pour les industriels.

 

Mais des conseils de prudence sont tout de même prodigués par opérateurs et associations:

 

  • utilisation du kit piéton

 Le principal avantage du kit piéton (écouteurs) est qu’il permet d’éloigner le téléphone du cerveau pendant la communication et diminue donc l’exposition. Mais attention! Il faut d’abord vérifier que l’antenne ne se trouve pas au niveau de l’écouteur (malheureusement, cas assez fréquent) car alors il n’y aurait plus aucune différence. 

L’oreillette est a proscrire, car elle est reliée au téléphone par bluetooth.
Les ondes qui les lient ont une fréquence de 2.5 GHtz, c’est-à-dire 0.7 GHtz de plus que les ondes émises et reçues par les portable. Aucun avantage donc, et même une augmentation des risques.

  • quelques mesures à respecter

(liste développée par le CRIIREM (centre de recherche et d’informations indépendante sur les rayonnements électromagnétiques)

 

- pas de téléphone pour les moins de 15 ans. Leur croissante n’étant pas terminée, ils sont plus vulnérables aux rayonnements
les femmes enceintes ne doivent pas porter leur téléphones cellulaire à proximité du ventre (l’eau du placenta et les cellules de l’embryon sont très sensible à l’énergie dégagé par les portables)

 

- les personnes portant des appareils électriques du type « pace maker » doivent s’en éloigner car les ondes interfèrent.

 

- ne pas porter le téléphone à hauteur du coeur, des parties génitales… (expliqué dans le grand II)

 

- utiliser un téléphone mobile dont la valeur DAS (débit d’absorption spécifique) est la plus basse possible (inférieur à 0.7w/kg) normalement elle est indiqué par les constructeurs.

 

- ne téléphoner que dans des conditions de réceptions maximales. Plus le réseau sera faible, plus les rayonnement émis par le téléphone seront puissant. Ainsi, ne téléphonez pas dans une voiture ou un habitacle en métal fermé.

 

- ne jamais laisser son téléphone allumé la nuit, ou en recharge à mois de 20 cm de la tête. La portable cesse de rayonner que lorsqu’il lest éteint .

 

- penser à l’exposition massive. En public, on peut facilement se trouver cerné par les ondes.

 

 

 

Ces conseils existent, sont à dispositions des personnes souhaitant s’informer, mais il leur appartient la décision de se fixer des limites, simplement par prudence.

 

 >> >> retour << <<

>>>> Conclusion <<<<



III.1. Comment bloquer les ondes

 

 Les micro-ondes réagissent différemment avec différents types de matières. Certains matériaux peuvent les dévier et d’autre peuvent les réfléchir. Ainsi, un téléphone placé derrière un de ses matériaux ne recevrait plus d’ondes. 

 

 

EXPERIENCE

 

>> But: Trouver des Matériaux qui empêchent les ondes d’atteindre le téléphone.

 

>> Principe: Créer des « barrières » entourant un téléphone avec différents matériaux et voir s’il continue a recevoir des appels.

 

>> matériel: – verre, mousse, polystyrène, grillage en fer, feuilles de papier aluminium

 

                  – 2 téléphones portables

 

 
>> protocole: Nous entourons un des deux téléphones d’un matériau à tester, de manière a ce qu’aucun espace ne permette aux ondes de passer. Nous appelons ensuite, du second téléphone resté à l’extérieur, celui protéger par le matériaux. S’il sonne, c’est que le matériau testé n’a pas stoppé les ondes.

 

 

 >> Résultats: 

 

  • avec le verre: Le portable placé dans un bécher bouché reçoit immédiatement l’appel. Le verre ne stoppe pas les ondes
  • avec le papier aluminium: entièrement recouvert de papier aluminium (une seule épaisseur) le téléphone ne sonne pas, et nous tombons directement sur messagerie. Le réseau avait été coupé.
  • avec la mousse: nous avons emballé le téléphone dans un épais morceau de mousse: les ondes passent sans problème.
  • idem pour le polystyrène
  • avec le grillage: nous formons une cage, et les ondes semblent bloquées un temps. Mais l’appel finit par arriver, avec environ 30 secondes de retard. Il semblerait que la cage est en partie bloquée les ondes.

Le seul matériau ayant bloqué les ondes est l’aluminium. Nous avons donc testé différentes situations:

 

  • lorsque seul le dos du téléphone est recouvert, l’appel est recu.
  • idem lorsque l’on recouvre seulement l’avant du téléphone.
  • quelque soit sa localisation, les ondes passent si une zone supérieure a 1cm² n’est pas recouverte
  • les ondes sont bloquées même si  une zone n’est pas recouverte, à condition que celle-ci  mesure moins de 1cm²


 

alu2.jpgalu4.jpgalu5.jpgalu6.jpgalu9.jpgalu12.jpgalu14.jpgalu16.jpgalu20.jpg

 

Pourquoi l’aluminium bloque-t-il les ondes?

Ce n’est pas le papier aluminium qui bloque les ondes, mais l’ensemble des métaux conducteurs (cuivre, fer, acier, or, argent, etc…). Dans une enceinte grillagée, (grillage en métal conducteur), le champs électrique est amoindri. Or l’onde électromagnétique ne peut se propager si l’un de ses deux champs est nul.

Plus les mailles du grillage sont étroites, plus la longueur d’onde minimum bloquée sera petite. Le papier aluminium peut être considéré comme un grillage aux mailles microscopiques puisque ces atomes sont séparés par du vide. 

Il bloque ainsi des longueurs d’ondes très faibles, et donc nos micro-ondes.   

III.1. Comment bloquer les ondes dans III.1. Comment bloquer les ondes cubic3 motif de la structure en mailles de l’aluminium (en bleu les atomes)

 

 On aurait observé les mêmes effets si le téléphone avait été placé dans une cocotte minute fermée. 

 

 

 

 

 

 

 

Or les ondes GSM comme toute onde électromagnétique sont, comme leur nom l’indique, « l’association » d’un vecteur champ électique et d’un vecteur champ magnétique. Si l’un des deux est nul, l’onde ne se propage plus.

 

Donc l’onde ne se propage plus à l’intérieur d’un conducteur creux (comme ton morceau d’aluminium).

 

Le phénomène « cage de faraday » existe même à un niveau « boite non fermée ». Des équations aux limites montrent que l’on peut considérer l’effet de la même façon que s’il s’agissait d’une surface fermée si les trous sont suffisamment petits par rapport à la longueur d’onde.

 

  • Peut-on mettre a profit ces résultats pour se protéger des ondes?

Oui et non.

Non parce que conservé son téléphone emballé dans une feuille de papier aluminium revient à l’éteindre, ce qui est en soit bien plus logique si l’on ne souhaite pas s’en servir.

Oui, parce que l’on pourrait tapisser nos poches de feuilles de métal (le papier aluminium est a proscrire car peut entrainer des liaisons) pour éviter que les ondes que notre téléphones dégage ne nous traverse.

 

Existe-t-il d’autres solutions pour se parer face aux ondes?

 

>> >> retour << <<



II.4. Des études contradictoires

Il n’a jamais été prouvé que le téléphone mobile soit dangereux pour l’homme, mais l’inverse n’a jamais été démontré non plus sur le long terme, et les doutes persistent. De nombreuses études sont encore actuellement menées autour des ondes, des antennes relais et des téléphones cellulaires, mais, étonnement, d’une étude à l’autre, voir être totalement contradictoires.

Il y a alors plusieurs facteurs à prendre en compte  lorsque l’on étudie les tests réalisés à ce sujet :

 

>> Le type d’étude

 -Les expériences scientifiques pratiquées in vivo ou in vitro

-Les études épidémiologiques (études statistiques, on étudie des groupes de personnes atteintes et non-atteinte d’une maladie et on met cela en relation avec la présence ou non d’un même facteur a risque.

 

>>  La méthodologie : comme dans n’importe quelle expérience scientifique, la qualité du protocole et de la réalisation peut varier, et la fiabilité des résultats dépend également de cela.

 

>> Les facteurs temps : de telles études nécessitent une longue période de tests. Il faut dissocier le court et le long terme.

 

>> Les personnes participant à la réalisation ou au financement des études. Il se peut que les personnes interrogées modifient ou interprètent, volontairement ou pas, les résultats.

 

Si un seul de ses critères diffère d’une expérience à l’autre, les résultats peuvent différer. Il est ensuite très difficile d’évaluer laquelle des deux expériences est la plus fiable. De plus, lorsque l’on accède aux résultats d’expériences, on ne connaît rien du déroulement précis des tests et des critères cités ci-dessus.

 

 


Un scientifique nommé Dirk Adang a par exemple présenté dans une université des tests réalisés sur des rats, la moitié d’entre aux ayant été exposés a des ondes d’une puissance inférieure aux seuils de références. Sur 164 rats décédés, tous ceux qui avaient été exposés aux ondes pendant 18 mois (sauf 1) avaient développé une tumeur.

 

MAIS


Une étude en provenance de l’Université de Tokyo cherchant le lien entre mobiles et cancer conforte l’idée d’une absence de danger. Publiée dans le British Journal of Cancer, elle a comparé la fréquence d’usage de mobiles chez 322 cas de patients atteints de tumeurs cérébrales avec un échantillon de 683 personnes saines, et n’a pas permis d’établir de corrélation significative entre le fait d’utiliser son téléphone mobile et l’augmentation du risque de tumeur.

.

Deux études officielles, qui étudient une même cause et une même conséquence, entre autre l’exposition aux ondes électromagnétiques et le développement de tumeurs. Et pourtant des conclusions contraires. Le problème est que de ces deux études, on ne connaît que le type et la durée, et les autres facteurs nous restent inconnus. On ne peut donc pas déterminer avec certitude laquelle des deux est la plus fiable.


Cela dit, deux autres facteur est également à prendre en compte :

 

>> Parmi toutes ces études réalisées, 80% montrent que les ondes électromagnétiques peuvent avoir des effets sur la santé, et ce sont pourtant les 20% restant qui font loi.

 

>> Des enquêtes révèlent que la majeure partie des études qui penchent du côté de la non-dangerosité des téléphones mobiles ont été en partie ou intégralement financées par des opérateurs en téléphonie ! Et il imaginable qu’il n’est pas dans leur intérêt que des dangers soient découverts, lorsque l’on sait que 53 millions d’utilisateurs conversent chaque année 600 millions d’heures et que le marché rapporte aux industriels quelques plusieurs centaines de milliards d’euros.

 

Cela dit, rien ne prouve que ses résultats soient les conséquences de tricheries ou d’erreurs volontaires et non pas de réels résultats qui ne seraient du coup pas pris au sérieux.

 

 

Nous ne pouvons donc toujours pas prouver si oui ou non les ondes ont bel et bien un effet néfaste sur notre organisme. Mais nous allons à présent voir comment, par mesure de prudence, nous pourrions nous protéger.

 

>> III. Comment se protéger? <<

 



II.2. Pourquoi notre organisme réagirait-il?

 

Les ondes ne traversent pas toujours la matière sans la bouleverser. Les bruits parasites qui émanent de nos téléviseurs, radios ou ordinateurs en sont les témoins. Mais les ondes n’ont-elle d’effet que sur le fruit de la nouvelle technologie ?

Non.

 

 

 

Et c’est là que repose le principe fondateur du four à micro-ondes, qui utilisent le même type d’onde que nos téléphones cellulaires : les ondes bouleversent les molécules d’eau H2O en les traversant, augmentent leur agitation, et elles dégagent donc de l’énergie, de la chaleur. C’est ainsi qu’un four a micro-ondes réchauffe nos plats : en mettant en mouvement leurs molécules d’eau.

 

 

 

Or, l’organisme humain est composé d’entre 70 et 80% d’eau (cette valeur varie en fonction de l’âge, du sexe et de la corpulence).

 

Certains éléments du corps en sont pauvrement pourvu (ex : ivoire des dents, 01%, os, 20%) mais de nombreux organes approchent les 80%  :  le sang, les reins, le cœur, les poumons et le cerveau.

 

 

Or, lorsque nous téléphonons, portable collé contre l’oreille, le récepteur se trouve à à peine quelques centimètres de notre boite crânienne.

 

Se pourrait-il que, sans que nous ne le sachions, nous soyons en train de chauffer pendant la communication?

 

 

 

 

 

EXPERIENCE: 

  • objectif de l’expérience: Nous allons vérifier une donnée trouvée parmi les sources documentaire:

<>

  • matériel: bécher 600mL, sacs hermetiques, eau, thermomètre, téléphone portable.
  • Protocole expérimental:  A l’abri du soleil, nous remplissons de moitié un becher (de 600mL) d’eau. Nous prenons la température initiale. Puis, nous plaçons au milieu de ce becher un téléphone mobile en communication depuis a peine quelques secondes. Le téléphone est isolé dans un sac congélation vidé de son air, et le sac, fermé, est entiérement plongé dans l’eau. Nous surveillons ensuite la température de l’eau pendant le temps de la communication.

Pourquoi? A l’abri du soleil pour éviter que l’eau ne chauffe sans l’intervention des ondes.

Dans un sac hermetique pour que le portable ne se noie pas au milieu de l’expérience.

Entièrement plangé dans l’eau pour que, quelque soit l’endroit d’où viennent les ondes, elles aient à traverser l’eau pour atteindre le téléphone.

 

  • Résultats: L’eau a une température initiale de 18.9°C

A partir de 19min, la temperature commence a augmenter: 19.3°C

A 27min: 19.7°C

Après 52 minutes: 20°C

Nous stoppons l’expérience après 52 minutes de communication. La température de l’eau aura augmenté de 1°C.

 

Conclusion: La température de l’eau, et donc du cerveau, peut effectivement augmenter après une longue communication, mais l’affirmation « 2 à 3 degrés en 20 min » est tout de même exagérée.

 

cliquez sur les photos pour les agrandir

tpe1.jpgdsc00051.jpgdsc00050.jpgdsc00048.jpg

 

Qu’entrainerait un échauffement de notre organisme?

 

 

Le corps possède son  propre système de régulation de sa température: la sueur. Lorsque l’on a chaud, de l’eau des capillaires sanguins est éliminée par les pores cutanés, sous la forme de sueur, qui dégage du froid en s’évaporant, et permet donc de réguler la température corporelle. Si elle existe naturellement, c’est que conserver cette température aux alentours de 37.5°C est primordial.

L’hyperthermie (élévation de la température au delà de 37°C) peut avoir des effets néfastes de plus ou moins grande ampleur en fonction de sa gravité:

 

- maux de tête et affaiblissement pour les hyperthermies légères

 

- problèmes cardiovasculaires pour les plus importantes

 

- décès, lorsque la température dépasse 41.5°C.

 

Bien sûr, il n’est pas question d’aller jusque là puisque l’augmentation est lente et sur à peine 1 degré. Mais notre métabolisme (système de régulation) peut se trouver peu à peu déréglé.

 

 

 

Autre conséquence: la stérilité:

 

Chez l’homme, la température moyenne des testiculaire situe entre 33 et 34°C. Une augmentation de cette température peut entrainer une altération de la spermatogénèse, c’est à dire le processus de production des spermatozoïdes, et donc une infécondité irréversible.

 

Le lien avec les téléphones est ici plus officiel. Les preuves ont été apportées que le téléphone augmente les risques d’infécondité lorsqu’il est conservé près des appareils génitaux (dans la poche)

 

 >> >> retour << <<



II.1. Des symptomes suceptibles d’être causés par les ondes

De nombreux problèmes de santé sont reprochés aux ondes des téléphones mobiles. En effet, lorsqu’une personne développe des symptômes après une longue conversation téléphonique, ou a plus grande échelle, lorsqu’il vit a proximité d’une antenne relais par exemple ou qu’il porte continuellement sont téléphone a proximité du corps, on associe souvent les maux ressentis à ce facteur : les ondes électromagnétiques.

 

Parmi les symptômes qui y sont le plus associés :  

  • migraines
  • hausse de la température corporelle
  • démangeaisons et tremblements troubles de la circulation
  •  augmentation du rythme cardiaque
  • stérilité

 et, ce qui pose le plus problème:

  • développement de tumeurs et de cancers

 

 

L’attribution des ondes comme cause de ces symptômes est une hypothèse, voir même dans certains cas une idée recue, et n’a en aucun cas été prouvée. Mais cela ne veut en aucun cas dire qu’il n’y a pas de lien. 

 

 

 

A l’heure actuelle, les scientifiques continuent leurs recherchent pour savoir si oui, ou non, les téléphones peuvent causer des cancer, et nous ne pouvons donc pour l’instant répondre à ces questions.

 

Mais l’apparition de certains symptomes, comme les migraines, la stérilité ou l’échauffement de la température corporelle, pourraient s’expliquer.

>> retour <<

 

 




12

fourmisdumonde |
maths infini |
La pile à combustible |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | cryptozoologie
| MATHAERO
| laquadratureducercle